Bâle II & III

L’endettement excessif, l’inadéquation et la qualité médiocre des fonds propres ainsi que l’insuffisance de liquidité, ont accentué l’ampleur de la crise de 2007-2012. Pour cela, le comité de Bâle a envisagé d’accroitre la coordination de régulateurs nationaux, notamment au niveau européen. L’objectif est de proposer un reforme destinée à:

  • Améliorer des règles communes en matières de fond propres et de liquidité afin d’éviter que les risques inhérents à l’activité des banques (risques de marché, de crédit et opérationnel) ne mettent en péril la sécurité des déposants et fragilisent l’économie.
  • Augmenter la capacité du secteur bancaire à absorber les chocs consécutifs à des tensions financières ou économiques, quelle qu’en soit la cause.
  • Ces réformes vont notamment améliorer la qualité des fonds propres et renforcer les exigences en fonds propres de base du Tiers 1, mettre en place un ratio de levier indépendant du risque destiné à contenir le recours excessif à l’endettement et introduire un ratio de liquidité.

    MELKART intervient sur les estimations, les impacts et la mise en œuvre des ratios suivants :

  • Le ratio de liquidité (LCR, NSFR, Stabilité du calcul dans le temps)
  • Le ratio de solvabilité (Mc Donough)